policier 5

Le détective italien nommé inspecteur Macaronès faisait tous les matins une séance de sport pendant une heure. Il était grassouillet et, comme beaucoup d’italiens, il avait une moustache noire et bouclée. Il en prenait grand soin pour ressembler à Salvador Dalí, ce peintre espagnol qu’il admirait tant. Il était maladroit et tête en l’air.  Souvent, il avait des petits accrochages en voiture, oubliait ses affaires, en particulier ses clés… À chaque fois qu’il mangeait une pizza aux champignons, il avait une nouvelle idée folle ou ingénieuse selon son humeur. Et comme tout le monde, dans les années 80, il aimait fumer des cigares. Nous ne connaissions pas encore les dangers du tabac… Macaronès vivait dans un appartement, à Napoli, en centre-ville. Il détestait vivre là-bas, mais son salaire ne lui permettait pas de vivre dans une villa luxueuse. Un jour, il eut l’idée de rencontrer le fameux Dali, et pour cela il décida d’économiser.

5 mois plus tard…Il avait assez d’argent, c’était le moment de casser sa tirelire. Il se pressa d’aller acheter son billet, et de faire sa valise. Mais malheureusement, sa tête lui joua encore des tours et il prit le mauvais avion : celui qui allait à Paris alors qu’il souhaitait aller en Espagne. Pendant son deuxième vol qui le redirigeait vers la destination voulue, on l’appela pour lui dire que son immeuble avait été inondé. Hélas, il ne pouvait rien faire. Une fois arrivé dans sa chambre d’hôtel en Espagne, il alluma la radio et entendit que Dali avait disparu !!!

Une semaine plus tard, il entendit à la radio que tous les agents de la ville étaient à sa recherche. Alors il alla au poste de police pour les aider à mener l’enquête. Ses recherches commencèrent deux jours plus tard. Tous les agents partirent à la maison de Dali. Ils fouillèrent pendant deux heures les moindres recoins de la maison sans succès. Ils allèrent ensuite sur son lieu de travail où ils fouillèrent beaucoup de temps. Au moment où tout le monde se décourageait, Macarrones trouva un cheveu, puis deux et trois. Il y en avait tellement qu’il décida de suivre la piste tout en mettant les cheveux dans un petit sac en plastique. Ceci le mena derrière un tableau et trouva une enveloppe. Macarrones appela ses compagnons en disant

« Vite ! Venez! Regardez ce que j’ai trouvé ! »

Quand ils vinrent tous, il ouvrit l’enveloppe et un petit objet tomba par terre et s’alluma. Un homme apparut et dit;

« Si vous voulez le revoir, donnez-moi la somme de 9 999 999 euros sinon je le tue! Retrouvez-moi à la résidence Torreon Del Mare, immeuble 12 appartement entre  21h et 22h PRÉCISES». 

Un des agents dit:

« Il faut vite y aller, il est déjà 20h30!! »

Ils prirent leurs voitures et partirent au rendez-vous. Lorsqu’ils arrivèrent ils sonnèrent mais personne n’ouvrit! Alors ils défoncèrent la porte et ils entrèrent. Ils fouillèrent toutes les pièces sans trace du ravisseur! Macarrones regarda sa montre et constata qu’il était 21h. Il cria fou de rage:

« Ah il nous a eu! Mauvaise piste! ». Soudain il constata quelque chose:

 » Eh regardez! Il a laissé son portefeuille. un bout de papier s’y trouve avec une adresse : 17 rue Calamare. »

Ils se précipitèrent vers le 17 de la rue Calamare. Il faisait nuit et le coin était très sombre. Arrivés devant la maison, ils essayèrent d’écouter ce qu’il se passait à l’intérieur mais sans aucun résultat. Ils pénétrèrent dans la maison en cassant la porte un nouvelle fois, puis montèrent à l’étage. Ils inspectèrent la maison mais il y avait rien. Soudain ils entendirent une voix mystérieuse:

“Posez l’argent devant la porte !”

Ils ont posèrent l’argent qu’ils avaient ramenée de la banque . Ils entendirent alors la même voix qui leur dit:

”Sortez maintenant !”

Macarrones pensa que c’était un piège mais ils n’avaient pas vraiment le choix. Ils sortirent donc de la maison et virent Dali étourdit au bout de la rue. Ils se précipitèrent vers lui et l’emmenèrent à l’hôpital. 

Quelques jours plus tard Dali retrouva la mémoire. Il ne se rappelait pas du visage du kidnappeur mais il se rappelait de son manteau de couleur noire. Les policiers allèrent de nouveau dans la maison 17 rue Calamare, là où ils avaient retrouvé Dali. Ils fouillèrent de nouveau la maison pendant quelques heures et ont trouvé un bout de papier avec une autre adresse dessus « quartier filipino maison 24 ».

Les policiers se dirigèrent vers cette adresse, et trouvèrent la maison du kidnappeur. Ils cassèrent encore la porte et se faufilèrent à l’intérieur de la maisonnette. Ils tombèrent sur le kidnappeur surpris. Il avait l’air d’avoir la quarantaine. Se laissant faire,  ils l’embarquèrent facilement avec eux au postes de police. Quelques jours plus tard le kidnappeur se retrouva face au juge qui lui donna 7 ans de prison pour enlèvement, intention de donner la mort et demande de rançon.

Dali, pour remercier l’inspecteur Macarrones de l’avoir sorti de ce mauvais pas, lui proposa de finir ses vacances auprès de lui dans sa luxueuse villa…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s